ACSFA
                                                   ACSFA

CULTURE & SANTE

La population comorienne résulte de métissage anciens et présente une grande cohérence ethnique qui ne remet pas en cause le particularisme de chaque îles.


Les clivages sociaux, héritage de l'histoire maintiennent malgré les évolutions récentes des oppositions fortes entre clans et quartiers.


Les Comores sont une république islamique. De ce fait l'islam constitue le lien le plus fort de l'ensemble comorien.


De mode sunnite, il est pratiqué selon les rites du chafiisme.
La langue comorienne s'apparente au swahili. Mais elle n'en est pas simple variante, comme on l'a parfois affirmé.


Le fait qu'il n'existe pas de réelle intercompréhension entre locuteurs comoriens et locuteurs swahili montre qu'il s'agit bien de deux langues différentes, toutes deux formées dans la rencontre entre une langue africaine et arabe.


Le comorien présente, selon les îles, plusieurs variantes dialectales. Le shicomori (grande comore), le shimaorai  (mayotte, le shindzuani  (anjouan) le shimwali  (moheli ).
Mais aussi le swahili, l'arabe et le français qui lui est devenu langue des contacts avec le monde extérieur.


La musique et la danse rythment la vie comorienne lors des différentes fêtes et mariage.
On peut noter une évolution des techniques avec des chanteurs modernes tels que Salim Ali Amir(notre Johnny Hallyday national ) ou nawal (la voix des comores).


Il existe une forme traditionnelle de théâtre improvisé à partir de thèmes et de situations archétypales, jouant sur le comique et tenant un rôle de régulateur social car visant à faire la satire de personnes que tout le monde connaît tel "mzé djimba".


La tradition orale se perd, Salim athub qui vient de nous quitter était une personne qui souhaiter transmettre aux autres ce que sa grand mère lui avait transmis.


Nous n'avons plus ou peu de personnes qui continuent à transmettre l'histoire des comores à la génération future.


C'est pour cela que notre association a pour but de mettre en place des activités de théâtre avec principalement des enfants où ils s'exprimeront en comorien. De plus , des contes seront racontés lors de ces manifestations.


Nous voulons que les jeunes d'aujourd'hui renouent avec leurs racines, leurs histoires pour qu'ils puissent à leur tour les transmettre à leurs enfants.


Grâce à nos activités , nous pourrons faire connaître à tous, nos écrivains, notre gastronomie, notre histoire et surtout perpétuer notre langue.

 

 

Notre association

ACSFA